QiSS : une appli pour sensibiliser les jeunes aux IST - écrit en collaboration avec le Docteur Nadia VALIN

C’est une triste réalité : les jeunes en savent peu, trop peu, sur les IST et notamment le VIH. Selon une étude de la Smerep, 10 % des étudiants et 11 % des lycéens pensent qu’il est aujourd’hui facile de guérir du SIDA. De même 20% des étudiants pensent que le SIDA peut se transmettre par une piqûre de moustique et 7% en embrassant une personne séropositive. Autant de preuves de la nécessité de fournir aux jeunes un outil adapté à leurs besoins. C’est le cas de QiSS, une application qui leur est dédiée et dont une nouvelle version doit bientôt voir le jour. (1)

 

 

Infectiologue et responsable du CeGIDD (Centre gratuit d’information de dépistage et de diagnostic), de l’hôpital Saint Antoine à Paris, le Docteur Nadia Valin accueille dans son centre de dépistage une population essentiellement jeune. Elle est, de fait, extrêmement bien placée pour recenser les besoins de ces jeunes patients : « nous nous sommes rendu compte que les jeunes qui viennent dans les centres de dépistage ont de nombreux outils à disposition comme des sites internet, etc. Et malgré tous ces moyens, beaucoup d'idées fausses persistent. Par exemple, beaucoup ignorent que les IST et le VIH peuvent se transmettre par fellation. Ils sont également nombreux à ne pas savoir à qui s’adresser, notamment en matière de contraception pour les jeunes filles. » Or, il est parfois difficile voire impossible de répondre à toutes leurs interrogations au cours des consultations dont les horaires sont contraints et lors desquelles il faut recevoir un grand nombre de patients. « Il nous fallait un outil qui balaie les questions que se posent fréquemment nos patients, qui leur apporte des réponses et qui puisse même venir en complément de la consultation », poursuit le Dr Valin.

 

Une appli pensée pour les jeunes

 

C’est ainsi qu’est née la première version de l’application QiSS, qui a pour objectifs de sensibiliser, d’informer et d’évaluer les connaissances du grand public, notamment jeune, sur les IST et sur la santé sexuelle en général. Elle comprend un quizz de questions/réponses courtes ainsi que des développements pour ceux qui souhaitent aller plus loin. Et pour être au plus près des préoccupations de la cible, l’application a été construite par une équipe pluridisciplinaire (infirmières, médecins du CeGIDD, hépatologue, sexologue etc.) : « nous organisons des soirées « dépistage » durant lesquelles beaucoup de jeunes viennent consulter, explique Nadia Valin. Nous avons profité de ces événements pour demander aux participants ce qu’ils souhaiteraient voir traité comme sujet dans l’application et nous avons ensuite décliné ces différents sujets. » A noter que, s’ils le désirent, les patients peuvent donc utiliser QiSS avant et/ou après une consultation.

 

Aller encore plus loin

 

Quelques mois après son lancement, l’enquête de satisfaction menée auprès des utilisateurs révèle leur bonne adhésion. Mais, pour ses concepteurs, il est possible d’aller encore plus loin, comme le relate le Dr Valin : « nous n’avions pas pu aborder tous les sujets dans la première version de l’application. Certaines thématiques, comme les vaccins contre les hépatites A et B et le papillomavirus, l’usage des drogues ou les violences associées à la sexualité, méritaient d’être abordées. Nous enrichissons l’application en fonction de l’actualité et des remontées de nos consultants. » Et d’ajouter que d’autres mises à jour suivront très certainement pour « suivre l’actualité et s’adapter à cette génération et aux outils qu’ils utilisent ».

 

Vous pouvez télécharger l'application :

 

QISS sur appstore

 

QISS sur googleplay

 

 


Interview réalisée avec le Dr Nadia Valin le 22 Novembre 2017

Contact : Nadia Valin, service de Maladies infectieuses et Tropicales, Hôpital Saint Antoine, 184 rue du Faubourg St Antoine, 75012 Paris

Nadia.valin@aphp.fr

 

(1) Enquête Santé de la Smerep, Etudes Opinion Way pour la SMEREP réalisées selon deux questionnaires en ligne du 20 avril au 21 mai 2017 auprès de 701 étudiants d’Île-de-France et 500 étudiants de toute la France, et du 20 avril au 21 mai 2017 auprès de 400 lycéens d’Ile- de-France et 412 lycéens de toute la France - http://inventons-la-sante-autrement.org/wp-content/uploads/2017/05/2017-06-29-DP-Enquete-Sante-Etudiants-Lyceens-SMEREP-juin-2017.pdf
Les moyens de protection

Vous aimez ce que vous venez de lire, faites le nous savoir !

Que ce soit en likant cet article ou en le partageant à vos amis, montrez nous à quel point il vous a plu.