Connaître son corps : Pourquoi ? Comment ?

Bien connaître son corps, cela aide à se sentir bien dedans. Sur le plan intime et sexuel, quelqu’un qui se connaît bien et sait comment fonctionne son corps sera également plus à-même de faire part à son partenaire de ses goûts et de ses envies. En outre, prendre le temps d’observer et d’écouter son corps peut permettre de repérer au plus tôt une quelconque anomalie. Observer avec un miroir ou faire des photos de ses parties intimes (testicules, lèvres, clitoris etc.) permet cela. (1)

Connaître l’anatomie du sexe féminin (2)

Si l’intérieur du sexe féminin (ovaires, trompes, utérus, vagin) n’est pas visible à l’œil nu, ce n’est pas le cas de toute la partie externe qui peut être observée avec un miroir ou en prenant des photos.

Ainsi, les grandes et petites lèvres sont réactives à l’excitation sexuelle et érogènes : elles peuvent se gonfler, se mouiller ou au contraire s’assécher. Elles vont du pubis jusqu’au périnée et protègent l’entrée du vagin et le clitoris.

Celui-ci, dont on ne peut voir qu’une petite partie appelée le gland (le reste étant situé à l’intérieur), est véritablement l’organe principal du plaisir féminin. Fait souvent méconnu : en cas d’excitation sexuelle, celui-ci se durcit, entre en érection et peut déclencher un orgasme, exactement comme le sexe masculin.

Un peu plus bas se trouve l’urètre, le canal qui provient de la vessie et par lequel passe l’urine. Il peut être douloureux ou enflammé : il est alors important de consulter un médecin car c’est souvent le signe d’une infection urinaire ou d’une cystite.

Vient ensuite l’entrée du vagin qui relie l’utérus à la vulve. C’est par ce canal qu’entrent les spermatozoïdes lors d’un rapport sexuel, que s’écoulent les règles et les sécrétions vaginales mais également que sort le bébé lors de l’accouchement. A 2 ou 3 centimètres de l’entrée du vagin peut se trouver l’hymen, une fine membrane qui se déchire ou se dilate lors du premier rapport sexuel et peut provoquer un saignement. Mais attention aux idées reçues : l’hymen n’existe pas chez toutes les filles ! Les parois du vagin sont tapissées d’une muqueuse qui le protège des infections mais qui est relativement fragile et ne doit donc pas être détruite, notamment au cours de douches vaginales agressives. 

Enfin, l’anus est un orifice fragile, sensible aux caresses et vulnérable aux infections. En cas de rapport sexuel anal, il doit donc être pénétré avec délicatesse et avec un lubrifiant car il est naturellement peu lubrifié et peut se déchirer.

Connaître l’anatomie du sexe masculin (3)

Contrairement aux idées reçues, le sexe masculin ne se résume pas au seul pénis et aux testicules. Plus complexe qu’il n’y paraît, il mérite, toute comme le sexe féminin, d’être traité avec soin et précaution.

A l’extérieur, le sexe masculin est composé du pénis et des testicules. Ces derniers sont à la fois des organes génitaux et de plaisir. D’une part, ils sécrètent la testostérone qui permet la fabrication des spermatozoïdes et, d’autre part, ils sont une zone érogène et grossissent sous l’effet du plaisir sexuel.

Le pénis est composé du gland et de la verge. Sous l’effet de l’excitation et du plaisir, le sang afflue dans les deux corps caverneux de la verge qui grossit, durcit et se redresse, provoquant une érection. Le gland est relié au prépuce par le frein et est une zone très érogène. Sa peau est une muqueuse et, par conséquent, elle est très sensible et fragile. A son sommet se trouve le méat, l’ouverture de l’urètre. Le gland et l’urètre sont les zones favorites des IST, il faut donc les surveiller et en prendre soin.

L’urètre est quant à lui un canal par lequel passe l’urine mais également le liquide préséminal et le sperme lors de l’éjaculation. L’urètre part de la vessie puis traverse la prostate et le pénis.

Comme chez les femmes, l’anus est un orifice fragile, sensible aux caresses et vulnérable aux infections. En cas de rapport sexuel anal, il doit donc être pénétré avec délicatesse et avec un lubrifiant car il est naturellement peu lubrifié et peut se déchirer.

Connaître son corps pour reconnaître les IST (1, 4)

Certaines IST peuvent se manifester par des rougeurs, des grosseurs etc. C’est pourquoi il est important de bien connaître son corps et de s’observer. En effet, ces signes sur les parties intimes doivent alerter et amener à consulter un médecin.

Certains symptômes doivent alerter et pousser à consulter un médecin. Parmi ces signaux figurent notamment :

  • Ecoulement anormal par le vagin, le pénis ou l’anus, parfois douloureux
  • Brûlures, démangeaisons, boutons, plaies au niveau des organes sexuels
  • Sensation de brûlures en urinant
  • Rougeurs
  • Douleurs notamment pendant ou après les rapports sexuels
  • Ganglions, fièvres

Attention, car toutes les IST ne se manifestent pas de la même manière et beaucoup sont invisibles à l’œil nu. Au moindre doute, il est donc essentiel de consulter un médecin. Par ailleurs, si vous avez contracté une IST, il faut en informer votre ou vos partenaires afin qu’il (elle) puisse également être traité€.

  • Pour tester vos connaissances en matière de sexualité, télécharger l’application QiSS

SOURCES :

1 « Infections sexuellement transmissibles », Brochure, Le Crips, p.5 à 9, p.17

2 « L’anatomie du sexe féminin », onsexprime.fr, http://www.onsexprime.fr/Sexe-anatomy/Le-sexe-des-filles/Anatomie-sexe-feminin

3 « L’anatomie du sexe masculin », onsexprime.fr, http://www.onsexprime.fr/Sexe-anatomy/Le-sexe-des-garcons/Anatomie-sexe-masculin

4 « IST – Les signaux d’alarme », Plate-forme Prévention Sida », https://preventionsida.org/les-ist/les-signaux-dalarmes/

Les moyens de protectionPourquoi se protéger?

Vous aimez ce que vous venez de lire, faites le nous savoir !

Que ce soit en likant cet article ou en le partageant à vos amis, montrez nous à quel point il vous a plu.