Le plaisir, une question de partage

Les mécanismes du plaisir sont multiples, à la fois mentaux et physiologiques. Mais une chose est sûre : il est la condition de l’épanouissement sexuel et la condition d’un rapport harmonieux. Ce qui implique d’être toujours à l’écoute de l’autre dans la mesure où le plaisir est avant tout une quête mutuelle qui passe autant par les gestes que par la parole.

L’une des trois composantes majeures la sexualité (1,2)

Sexualité et plaisir vont de pair ou, du moins, ont vocation à être associés. C’est ce que sous-tend la définition de la santé sexuelle retenue par le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) qui repose sur celle de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) : « La santé sexuelle est un état de bien‐être physique, émotionnel, mental et social lié à la sexualité. La santé sexuelle nécessite une approche positive et respectueuse de la sexualité et des relations sexuelles, ainsi que la possibilité d’avoir des expériences sexuelles sources de plaisir et sans risques, ni coercition, discrimination et violence. Pour que la santé sexuelle puisse être atteinte et maintenue, les droits sexuels de toutes les personnes doivent être respectés, protégés et garantis. » Avec l’affection et la procréation, le plaisir est l’une des trois composantes majeures la sexualité.

Ne surtout pas se forcer (3)

Le plaisir sexuel est le mélange d’une envie et d’une totale liberté de choix de passer ou pas à l’acte selon les modalités qui correspondent à chacun. Quelles qu’elles soient, les pratiques sexuelles sont avant tout le fruit d’un désir, d’une excitation, d’une complicité et d’un consentement des partenaires. Si on a un peu peur de certaines pratiques, ou qu’on n’en a pas vraiment envie, il ne faut surtout pas se forcer. C’est à chacun de décider ce qu’il a envie de faire ou pas et il faut oser dire non. (3)

Le prolongement du désir (4, 5)

Le plaisir est aussi une représentation cérébrale. Il peut faire référence à un fantasme lequel est, selon Le Petit Larousse, « une présentation imaginaire traduisant des désirs plus ou moins conscients ». En somme, tout ce que l’on peut imaginer et qui provoque une excitation sexuelle. Surtout, le plaisir sexuel est le prolongement du désir, lequel est à la fois biologique et psychologique. En effet, il y a, d’une part, le désir sexuel spontané qui est alimenté par les pensées de l’esprit, affectives ou autres et, d’autre part, le désir sexuel réactif qui apparait quand on est excité physiquement. L’excitation sexuelle se traduit chez l’homme par l’érection et l’éjaculation accompagnées de l’orgasme. Chez la femme, elle donne lieu à un afflux de sang au niveau du vagin et de la vulve, responsable de la lubrification vaginale et du gonflement du clitoris. L’orgasme, qui peut être multiple chez la femme, s’accompagne de contractions musculaires au niveau du périnée.

Accentué par les sécrétions hormonales (6)

Enfin, le plaisir est aussi accentué par des sécrétions hormonales. D’abord, la testostérone, lhormone du désir, que l’on trouve aussi bien chez l’homme que chez la femme. Puis, la lulibérine, l’hormone qui pousse à rechercher de plus en plus les caresses. Et lorsque le plaisir est très intense, ce sont d’autres hormones, en l’occurrence, les endorphines, qui explosent au point de déclencher un orgasme.

Tout n’est pas affaire de toucher (6)

Physiologiquement, le plaisir provient surtout des zones érogènes du corps qui, lorsqu’elles sont stimulées par des caresses, des baisers et autres, procurent une sensation de plaisir. Si potentiellement, selon les uns et les autres, tous les endroits du corps peuvent être érogènes, certains le sont par nature plus que d’autres, en particulier le sexe, les seins, la bouche, le cou ou encore, les oreilles, les cuisses etc. Pendant un rapport, il est d’ailleurs conseillé, pour augmenter son plaisir mais aussi celui de l’autre, de se guider mutuellement avec son ou sa partenaire et d’être à son écoute. Sachant que tout n’est pas affaire de toucher ! En effet, l’excitation et le plaisir qui s’ensuit peuvent aussi naître de mots doux ou coquins ou de l’éveil d’autres sens comme l’odorat et la vue.

  • Pour tester vos connaissances en matière de sexualité, télécharger l’application QiSS

SOURCES :

1 « Sexual and reproductive health”, Organisation Mondiale de la Santé, http://www.who.int/reproductivehealth/topics/gender_rights/sexual_health/en/, Consulté le 21 novembre 2018.

2 « Santé sexuelle : définitions, concepts, droits fondamentaux », Inpes, http://inpes.santepubliquefrance.fr/SLH/pdf/articles/438/sante-sexuelle-definitions-concepts-droits.pdf, Consulté le 21 novembre 2018.

3 « Les pratiques sexuelles », onsexprime.fr, http://www.onsexprime.fr/Plaisir/Les-pratiques-sexuelles/Les-pratiques-sexuelles, Consulté le 21 novembre 2018.

4 « Les fantasmes », onsexprime.fr, http://www.onsexprime.fr/Plaisir/Les-fantasmes/Les-fantasmes, Consulté le 21 novembre 2018.

5 « Anatomie et physiologie de la sexualité », Association française d’urologie, https://www.urofrance.org/nc/science-et-recherche/base-bibliographique/article/html/anatomie-et-physiologie-de-la-sexualite.html, Consulté le 21 novembre 2018.

6 « Qu’est-ce qui se passe quand j’ai du plaisir », onsexprime.fr, http://www.onsexprime.fr/Plaisir/Le-plaisir-comment-ca-marche/Qu-est-ce-qui-se-passe-quand-j-ai-du-plaisir, Consulté le 21 novembre 2018.

Les moyens de protectionPourquoi se protéger?

Vous aimez ce que vous venez de lire, faites le nous savoir !

Que ce soit en likant cet article ou en le partageant à vos amis, montrez nous à quel point il vous a plu.