PrEP, TasP, TPE : comprendre les traitements préventifs

Trois principaux traitements préventifs contre le VIH peuvent être prescrits aux personnes déjà contaminées ou à haut risque de l’être.   

 

La prophylaxie pré-exposition (PrEP)(1)

La PrEP est une nouvelle stratégie de prévention du VIH dont le principe consiste à proposer à une personne qui n’a pas le VIH, qui n’utilise pas systématiquement de préservatif lors de ses rapports sexuels et qui est à haut risque de contracter le VIH, un médicament actif contre ce virus, qui réduit le risque de le contracter. La PrEP est prescrite par un médecin spécialiste de l’infection à VIH. L’absence d’infection par le VIH doit être confirmée avant la prescription. La PrEP ne protège pas des autres Infections sexuellement transmissibles. Et bien entendu, cette stratégie de prévention doit être utilisée de façon maîtrisée et raisonnée, elle ne doit pas remplacer les outils de prévention conventionnels.  

 

Le TasP (traitement comme outil de prévention, de l'anglais "Treatment as

Prevention")(1,3,4)

Chez les personnes vivant avec le VIH, le traitement permet de réduire la quantité de virus dans l'organisme et permet ainsi de prévenir la transmission du virus à autrui. Dès lors, même lors d’un rapport sexuel non protégé par un préservatif, la personne séropositive n’a quasiment aucun risque de contaminer son partenaire séronégatif.

 

Le Traitement post exposition (TPE)

Le TPE est un traitement d’urgence qui doit être pris, au mieux dans les 4 heures suivant un risque de contamination et au plus tard dans les 48 heures (5). Il s’adresse aux personnes qui n’ont pas le VIH et qui viennent d’être exposées à un risque de contamination : rupture ou oubli du préservatif, partage ou réutilisation de seringue, exposition au sang ou à un liquide biologique. Si le TPE réduit de façon importante le risque de contamination, il ne le supprime pas totalement.

Etant donné qu’il s’agit d’un traitement urgent, les personnes doivent s'adresser aux services d'accueil et d'urgence des hôpitaux ouverts 24 heures sur 24 qui ont la responsabilité de le prescrire. Le TPE associe trois médicaments antirétroviraux. Le TPE est prescrit soit d’emblée pour une durée de 28 jours (indication clairement établie et patient vu d’emblée dans un centre réfèrent), soit pour une durée initiale de 48 à 96 heures, à l’issue desquelles la personne exposée est revue par un médecin réfèrent pour le VIH (6).

 

(1) « Prévention et dépistage », Recommandations du groupe d’experts, avril 2018, consulté le 7 novembre 2019, https://cns.sante.fr/wp-content/uploads/2018/04/experts-vih_prevention-depistage.pdf

(2) « La Prep, mode d’emploi », guide Aides, consulté le 7 novembre 2019, https://www.aides.org/sites/default/files/Aides/bloc_telechargement/aides_guide_prep_2018_fr.pdf

(3) « Le traitement comme Prévention », dossier, Aides, consulté le 7 novembre 2019, https://www.aides.org/dossier/le-traitement-comme-prevention 

(4) « Prévention diversifiée : les outils », dossier, Aides, consulté le 7 novembre 2019, https://www.aides.org/les-outils-de-prevention-vih-sida

(5) « Décryptage : le traitement post-exposition au VIH », Le Crips, consulté le 7 novembre 2019, https://www.lecrips-idf.net/miscellaneous/decryptage-traitement-post-exposition-vih.htm

(6) « Prise en charge des accidents d’exposition sexuelle et au sang (AES) chez l’adulte et l’enfant », Recommandations du groupe d’experts, septembre 2017, consulté le 7 novembre 2019, https://cns.sante.fr/wp-content/uploads/2017/10/experts-vih_aes.pdf

Le VIH aujourd’huiLes moyens de protection

Vous aimez ce que vous venez de lire, faites le nous savoir !

Que ce soit en likant cet article ou en le partageant à vos amis, montrez nous à quel point il vous a plu.