Les patients infectés par le VIH jouissent d’une amélioration de l’accès au crédit

La convention AERAS, qui vise à améliorer l’accès au crédit pour les personnes malades ou qui l’ont été, permet désormais aux personnes infectées par le VIH de bénéficier de conditions d’emprunt plus favorables. Explications.

 

Pour les personnes séropositives, obtenir un prêt bancaire a longtemps été un parcours semé d’embûches. « Trop dangereux », estiment les banques et les assurances. Selon ces dernières, le risque que ces patients, souffrant d’une maladie chronique, deviennent invalides ou qu'ils décèdent avant d'avoir remboursé leur prêt était trop important. Résultat, lorsqu’ils souhaitaient contracter un crédit immobilier, par exemple, ils s'exposaient à des surprimes pouvant atteindre 300 % par rapport à un tarif standard (1).

 

Mais les temps changent et les mentalités avec. Le 2 mars dernier, la Commission de suivi de la convention AERAS (s’Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé), dont l’objectif est de faciliter l’accès à l’assurance et à l’emprunt des personnes atteintes – ou ayant été atteintes - de maladies graves, ont donné gain de cause aux associations de patients. Désormais, le VIH intègre la « grille de référence » qui permet d'assurer au tarif normal des personnes ayant contracté certaines affections (2). Cette surprime sera plafonnée à 100 % pour tous ceux dont l'état de santé répond à certains critères comme leur état virologique, biologique.(2)

 

(1) Droit à l’oubli : les malades du sida pourront emprunter plus facilement, L’Express, 02/03/2017 – consulté le 12/12/2017

(2) Grille de référence : conditions d’accès à une assurance emprunteur de la Convention AERAS, aeras-infos.fr, 30/03/2017 - consulté le 12/12/2017

Comprendre le VIH et vivre avecDroit et VIHBien vivre avec le VIH

Vous aimez ce que vous venez de lire, faites le nous savoir !

Que ce soit en likant cet article ou en le partageant à vos amis, montrez nous à quel point il vous a plu.